Mons-en-Baroeul: Créa’Livres, 12 bougies pour un travail d’écritureen pleine lumière


Pour sa 12e saison, Créa’Livres a fait le plein de nouveaux projets d’écriture et d’illustration. Pendant deux jours, les petits Monsois ont présenté leurs dernières créations à un nombreux public.

37157532_B978876667Z.1_20160607142958_000_G3Q6UHFI0.1-0

Chaque année, on prédit la mort de Créa’Livres par manque de crédits. Mais l’année suivante, Créa’Livres renaît de ses cendres pour une nouvelle manifestation réussie. La motivation des enseignants et de leurs élèves, l’action bénévole de beaucoup, le soutien de la commune ont jusqu’ici permis le succès de cette manifestation simple et géniale.

L’idée d’origine n’a guère varié. Il y a 12 ans, l’écrivain Didier Daeninckx était fortuitement venu aider une classe primaire à écrire un livre. Ce fut un tel succès, qu’au fil du temps, l’expérience a été reconduite avec un nombre grandissant d’écrivains et de classes participant à l’opération.

Plusieurs mois d’écriture

Créa’Livres – version 2016 – a mobilisé une dizaine de classes, encadrées à la fois par leur enseignant et un écrivain. Ce sont plus de 200 petits Monsois du cours préparatoire au cours moyen deuxième année qui ont écrit pendant plusieurs mois. Le parrain de la manifestation est l’écrivain Thierry Maricourt, présent à Mons-en-Barœul quasiment depuis le début. Il est aidé par de nombreux collègues : Marie Anne Abesdris et Anaïs Ruch (illustratrices), Christine Decle, Muriel Diallo, Sarah D’Hayer, Valère Stalareski, Loïc Mailly et Françoise Rachmul (écrivains).

« Cette année, les récits ont surtout été inspirés par l’histoire de la commune, essentiellement les événements de la Seconde Guerre mondiale, explique Alain Chevalier, l’une des chevilles ouvrières de Créa’Livres. Nos élèves ont lu beaucoup de livres et notamment ceux qui concernent l’histoire de Mons. Ils ont aussi trouvé beaucoup d’informations dans les pages locales du journal. C’est comme cela qu’ils ont pu raconter l’histoire de Lily Parmentier et du Café de la Mairie ou encore la libération de Mons par les résistants de la Voix du Nord. Ce travail a été une sorte de voyage dans le temps pour nos élèves. »

Tous les récits des petits écrivains en herbe ont été imprimés dans des livrets que l’on peut se procurer au près des écoles. Leur lecture est très intéressante et même souvent passionnante.

« Il y a beaucoup de créativité dans tous vos projets, déclarait Rudy Elegeest, le maire de la commune, par ce temps pluvieux, Créa’Livres met un peu de bleu au ciel. » A. C. (CLP)